Quelques objets pratiques en voyage

Quand on se balade avec un baluchon comme bagage, on n’emporte que le strict minimum. Qui voyage léger ménage son dos et ses épaules. Néanmoins, il y a des objets qu’il vaut mieux avoir sur soi en permanence. Bien sûr chacun a ses préférences, mais j’avais envie de partager avec vous ceux que je considère comme LES incontournables à inclure dans un sac à dos.

Alain Demaret

Téléphone portable et chargeur

Réserver un hôtel, vérifier un horaire, se repérer dans un lieu inconnu, donner des nouvelles à sa tante ou simplement actualiser sa page Facebook ou son compte Instagram, le téléphone portable est devenu indispensable. Perso, j’y conserve aussi une photo de mes papiers d’identité et des tous les documents dont je vais avoir besoin durant mon trip. Mais, avoir un portable sans son chargeur, c’est un peu bête. J’ai choisi un instrument à trois sorties. Une autre astuce, j’opte désormais pour un câble de deux ou trois mètres. Cela me permet de me brancher sur une prise ou un point de recharge et de continuer à utiliser mon précieux moyen de communication

Couverts en titane Sea to Summit

Peu encombrants et hyper légers, les couverts en titane Sea to Summit sont un must en voyage. Je les utilise aussi au boulot. Ils sont robustes et résistants, et il suffit de les laver pour les utiliser encore et encore. Je ne veux plus utiliser les couverts jetables que l’on nous distribue dans de nombreux fast-foods ou avec des repas tout préparés. Les miens, c’est Luella, une marcheuse australienne qui me les a offerts sur le Camino del Norte en mai 2018. Depuis, ils ne me quittent plus.

Couteau suisse

Le couteau suisse est l’incontournable des incontournables. Utile en toute occasion, il ne se passe pas un jour sans que je ne le sorte de ma poche. Il me sert lors des repas en randonnée, pour déboucher la bière de l’apéro, pour peler un fruit frais acheté sur un marché local ou encore pour couper les légumes de ma salade quotidienne au boulot ou même pour couper un bout de fil qui dépasse d’un ourlet… Mon couteau suisse est utile en tout temps et en tous lieux.

Attention cependant, il n’est pas le bienvenu en cabine dans les avions. Pensez bien à le laisser dans le bagage qui va en soute.

Carnet de voyage

Noter ses impressions de voyage pour se remémorer les émotions que la photo ne peut pas rendre, c’est le travail de votre carnet de notes. S’il ne doit jamais vous quitter, choisissez-le d’un format compatible avec vos attentes. Le carnet A5 convient pour être transporté dans un sac. Pour un usage plus « pocket », il faut choisir le format plus petit.

La gamme Moleskine est très bien achalandée. Le carnet Moleskine est un peu plus cher, mais la qualité de la reliure et les petits plus de chaque modèle en font un compagnon de voyage très utile. Agréable tant pour écrire que pour dessiner, chaque carnet compte quelques pages perforées à la fin du dernier cahier. Pratique lorsque l’on doit laisser une note ou transmettre une adresse. Nec plus ultra, chaque couverture reçoit un petit volet où l’on peut ranger quelques petits papiers, impossible de perdre ses notes de frais.

Une tasse pliable et une en métal émaillé

PLCDM - Tasse pliable

Eh oui, je me balade souvent avec ma tasse en poche. J’en ai de deux modèles. Une tasse en plastique qui se replie pour prendre très peu de place et que je peux même placer dans ma poche. Elle peut être utilisée dans un four à micro-onde à l’auberge ou dans une cantine voire au boulot.

PLCDM - Mug Muurla

Mon autre tasse est en métal émaillé. Là aussi ses utilisations sont multiples. Le principal avantage, c’est que je peux la mettre directement sur le bec de mon réchaud portable. Si vous voulez vraiment tout savoir, je recycle aussi le bocal de mes petits oignons blancs au vinaigre. Rien de tel pour transporter, sans le renverser, un café à emporter prit au bar du coin. Avec le couvercle vissé sur le bocal, on peut même le mettre dans son sac à main les filles !

Panneau solaire et batterie rechargeable

Devenue indispensable par l’utilisation toujours plus massive d’appareils électroniques en voyage, la batterie rechargeable doit être robuste, fiable et de grande capacité tout en restant légère. De nombreux modèles embarquent un capteur solaire qui permet de recharger la batterie tout en marchant. Pratique, pas toujours très efficace, mais permet une certaine autonomie.

J’aime assez le concept de la marque WakaWaka qui s’engage à fournir une lampe solaire aux plus nécessiteux lorsque vous faites l’acquisition d’un WakaWaka. Pour chaque WakaWaka vendu, l’entreprise remet 10 $ à la Fondation Wakawaka, qui utilise l’argent pour des microcrédits, pour financer l’éducation entrepreneuriale et pour subventionner l’achat de chargeur WakaWaka au bénéfice de personnes qui vivent sans accès à l’électricité ou à la lumière.

Jeu de cartes

Avoir un jeu de cartes avec soi, c’est s’autoriser à rencontrer d’autres voyageurs, cela favorise la fraternisation et permet d’ouvrir les échanges. Les puristes diront que c’est un poids de plus à porter, moi, je le garde dans une des poches de mon pantalon et l’affaire est faite.

C’est bien connu, en dehors de la réussite, on joue plus souvent aux cartes à plusieurs. Alors à l’arrêt de bus, dans la salle d’attente de l’aérogare ou simplement dans la salle commune de l’hôtel, celui qui sort son jeu de cartes sera rapidement rejoint par d’autres personnes qui s’ennuient.

Une protection auditive sur mesure

Pour vrai, c’est un de mes meilleurs investissements de voyage 🙂 C’est le TOP pour les transports en bus, en train, en avion ou en partage de voiture fini la hantise d’avoir des voisins de siège bruyants !). Je les utilise aussi pour me reposer au calme dans un environnement bruyant comme une gare de bus, un dortoir partagé avec des étudiants très fêtards… ou même quand je travaille au bord d’un circuit automobile ou lors de concerts.

La protection auditive se commande chez un audioprothésiste qui procédera d’abord au moulage de votre conduit auditif. Bon ça coûte plus cher qu’un aller-retour à Londres, mais ce bouchon antibruit a vraiment sauvé mon sommeil. Comme c’est réalisé sur mesure, ça protège bien mieux du bruit que des boules quies.

Cordelette

Elle peut servir de corde à linge, de ficelle pour empaqueter des choses encombrantes ou plus prosaïquement de sangle pour attacher quelque chose sur votre sac à dos ou pour le fermer si par accident une des sangles venait à lâcher. Pour ma part, je confectionne une boucle à chaque extrémité et je m’en sers pour accrocher mon sac à un endroit fixe avec le cadenas quand je dois le quitter des yeux quelques minutes. C’est plus qu’indispensable.

Il faudra la choisir au rayon escalade avec un diamètre compris entre 4 et 7 mm. J’en ai pris 3 mètres (j’en voulais deux mais c’était la fin de rouleau, j’en ai eu trois pour le même prix, elle est pas belle la vie parfois ?).

Cadenas TSA

Un cadenas de voyage, ce n’est pas anodin puisque les autorités américaines imposent un nouveau type de serrure ou de cadenas pour les bagages. D’autant plus que de nombreux autres pays emboîtent le pas aux Américains. Il s’agit de la norme TSA (Transportation Security Administration), un modèle que les douaniers américains peuvent ouvrir, afin de vérifier le contenu de votre valise sans avoir à vous demander les clés ou le code.

Il est donc important de respecter cette norme afin de faciliter le travail des douaniers, mais surtout pour ne pas risquer que votre sac ou valise soit abîmé après un contrôle.

Couverture de survie

On n’y pense pas toujours, mais la couverture de survie est un objet indispensable à avoir dans un sac de baroudeur. Elle ne vous servira peut-être pas souvent, mais si vous devez vous reposer sur un sol humide ou froid (arrêt de bus en pleine nature, sol en pierre ou en béton…) ou si vous traversez des pays plus hostiles, elle pourrait sinon vous sauver la vie, au moins vous apportez un certain confort.

Il en existe de deux types : la couverture jetable (moins chère, plus légère et surtout plus efficace) et la couverture réutilisable que je ne conseille vraiment pas. En hiver, je dispose une couverture de survie jetable en dessous de mon matelas gonflable pour encore mieux m’isoler du froid ascendant.

Multiprise léger

Quand c’est nécessaire, je n’emporte jamais qu’un seul adaptateur de voyage. En réalité, vu le prix dérisoire de cet accessoire, je l’achète souvent dans le pays où il est nécessaire. J’y branche ma barre multiprise qui elle, m’accompagne dans tous mes déplacements. C’est hyper pratique surtout si l’on veut recharger à la fois son téléphone portable, le baladeur, l’appareil photo et/ou la batterie portable. En plus on peut en faire profiter les colocataires d’un soir ou les compagnons de voyage. Encore une façon de tisser des relations au-delà des médias sociaux.

Avec mon multiprise, je suis paré à toutes éventualités et je ne suis jamais à court de jus.

Baume du Tigre

Toujours utile, le baume du tigre est un onguent de la pharmacopée chinoise reconnu pour ses vertus naturelles. Il s’agit d’un mélange de plantes qui depuis le 19e siècle, fait le bonheur des gens des quatre coins du monde pour apaiser différents maux. En fait, le baume du tigre est surtout un antidouleur.

Dès qu’on l’applique sur la zone à traiter, la douleur s’atténue petit à petit et disparaît au bout d’un moment. Son application se caractérise, soit, par une sensation de chaleur ou de fraîcheur en fonction du type de baume. Le baume rouge procure une sensation de chaleur intense pour calmer la douleur tandis que le baume blanc refroidit les muscles afin de les soigner. Ce remède miracle opère sur toutes les parties du corps, excepté sur les muqueuses et les yeux. Il est également interdit de l’utiliser par la voie orale, car elle renferme une importe quantité de camphre.

Huiles essentielles

Je l’avoue, je n’étais pas un adepte fou des huiles essentielles, puis, à travers différents articles, je m’y suis intéressé de plus près. J’ai testé et je suis convaincu de leurs vertus. D’ailleurs, lors de son pèlerinage vers Compostelle, l’huile essentielle d’Arbre à Thé a aidé une connaissance à se débarrasser de puces de lits chopées dans une auberge peu regardante sur les questions d’hygiène. C’est aussi un antifongique très puissant, plusieurs marathoniens m’en ont fait la confidence. C’est leur allié numéro un pour éviter les infections du pied lorsqu’il leur arrive de perdre l’un ou l’autre ongle à cause du frottement.

 L’huile essentielle de Ravintsara me permet d’éviter angine et autres maladies dues au refroidissement rapide de l’air en soirée dans les régions chaudes du globe.

Mini-trousse de couture

Je ne suis pas en train de vous parler d’une trousse que l’on achète dans les grandes surfaces, comme celle qui est illustrée ci-contre.  Elle peut être bien utile, mais on verra vite que beaucoup des ustensiles qu’elle propose sont tout simplement inutiles quand on est au bord de la route. Moi je propose un truc tout simple. Un petit kit de premier secours qui tient dans une boite de Compeed avec une ou deux aiguilles, du fil nylon noir, un ou deux boutons et quelques épingles de sûreté. Les ciseaux sont sur votre couteau suisse si vous l’avez bien choisi. Moi j’installe cette trousse dans le sac pharmacie.

Un petit trou dans la poche avant du sac à dos causé par une vis dans la soute de l’autocar ou un bouton qui lâche ? Pas de panique, vous aurez ce qu’il faut pour vous débrouiller !

Imperméable léger

Pays chaud, pays froid, pays tempéré… un imperméable léger, ça sert tout le temps. Quand on le roule, ça ne prend presque pas de place et il peut servir d’oreiller de voyage, de sac à provisions, si si, j’ai pratiqué la chose en Irlande…

Pour le nombre de fois que je l’ai utilisé, dans chacun de mes voyages, je considère qu’il est indispensable. Pour lui faire honneur et le protéger, je lui ai cousu un petit sac pour le ranger et comme ça, ça passe partout.

Je prends aussi une housse adaptée pour le sac à dos, même s’il y en a déjà une dans le double fonds. Cela permet de limiter les salissures sur la bâche inamovible et de doubler l’étanchéité des coutures.

Coussin de voyage

Le coussin de voyage n’est pas indispensable à proprement parler, mais il est pratique et vous apporte beaucoup de confort. Si vous prévoyez un long voyage, en voiture, en avion ou en train, le coussin de voyage vous permettra de ne pas arriver à destination épuisé et courbaturé. L’oreiller repose-tête en forme en « U » enveloppe la nuque et protège des douleurs cervicales et au niveau du dos. Il peut aussi remplacer un oreiller dans une auberge de jeunesse où vous avez des doutes sur l’hygiène de la literie.

À vous…

Si vous aussi, vous avez des objets qui ne quittent guère votre sac à dos, faites-nous part de votre expérience, ce site sert à ça… Laissez-nous vos commentaires et… merci de nous suivre !

One Reply to “Quelques objets pratiques en voyage”

  1. Je dirais que des indispensables, en tant que femme, sont les protection hygiénique bio ou réutilisables. Je préfère de loin le réutilisable au bio car pas besoin d’en transporter autant et cette matière, étant respectueuse de la nature, peut se laver dans un cours d’eau par exemple. Ceci évite aussi les nombreux déchets qui polluent et qui gâchent un beau paysage. Pensons un peu plus à notre Terre et achetons responsable !

Laisser un commentaire