Le chateau de Spiš

À mon boulot, en traversant un couloir, j’ai vu la photo d’un vieux château perché au sommet d’une colline imprenable. Je me suis dit, « il faut que j’aille voir ça de plus près ». C’est pourquoi je présente le « spišský hrad » en Slovaquie.

Alain Demaret

Un jour que je traversais un couloir, mon œil a été attiré par la photo de ce qui semblait être un très vieux château. La bâtisse est isolée au sommet d’une colline et l’ensemble est empreint à la fois de force et de sérénité. Il fallait que j’aille voir ça de plus près, arpenter les entiers qui mènent à la bâtisse, me promener dans son enceinte. Je voulais m’approprier le paysage et peut-être revivre un peu de l’histoire de ce lieu majestueux. Enfin, majestueux, ça, c’est mon avis. 

Le but de notre visite est une énorme enceinte fortifiée du XIIe siècle. Il s’agit des ruines d’un des plus grands châteaux fortifiés d’Europe. Endommagé à de nombreuses reprises par les batailles et les guerres qui ont sévit dans la région, le château a été entièrement reconstruit dans le courant du XVe siècle. Le Château de Spiš (en slovaque « spišský hrad ») se situe près de la ville de Spišské Podhradie et du village de Žehra, dans le nord-est de la Slovaquie. Cette destination prisée a été ajoutée à la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1993.

L’endroit est très visité, mais comme l’enceinte est vaste on ne risque pas de se retrouver pris dans une inconfortable bousculade de touristes. C’est très bien comme ça, surtout si l’on arrive tôt le matin. Comme le site est très étendu, il faut bien s’équiper Penser à emporter du matériel pour aborder une belle balade plutôt que pour une simple visite. Prévoyez donc des chaussures adaptées, de quoi vous couvrir en cas de fort soleil ou de pluie et un petit en-cas ainsi que des boissons. Une fois que l’on s’est acquitté du droit d’entrée (moins de 10 €), on peut parcourir les différentes zones de fortifications, les étages et les recoins les plus insolites du château en toute liberté.

Attrait

On trouve, ici et là, quelques fiches d’informations. Une sélection d’objets est présentée, mais ne soyez pas déçu, c’est avant tout une « promenade » aux temps perdus du Moyen-Age que l’on vous propose.

Un audioguide est disponible pour ceux qui veulent connaître toute l’histoire du château, mais il faut comprendre l’anglais, car il n’y a pas de version française disponible. Il y a aussi une application smartphone (téléchargeable sur place), mais là aussi le français n’est pas une option. L’endroit est magnifique en soi, mai il y a une cerise sur le gâteau. Quand on a le courage d’aller au bout de la visite, on jouit d’une magnifique vue à 360° sur l’ensemble de la région.

Pour le touriste lambda, une voiture est indispensable pour aller visiter les ruines de ce château. Dans ce cas, il est vivement conseillé de partir très tôt afin d’arriver sur place avant 9 h du matin, car le parking, plutôt rikiki, se remplit assez vite. Après 10 h, n’essayez même pas, il est impossible de se garer. En plus avec les bus qui acheminent les touristes et qui encombrent l’unique voie d’accès, c’est une horreur.

Enfin, pour clore le côté infos pratique, sachez que des WC sont disponibles et qu’il y a des boutiques et une petite restauration disponibles sur place.

Logement

Les villes de Levoca et de Spišské Podhradie sont des villes qui présentent de nombreuses possibilités pour se rendre au château de Spis. La ville de Levoca est une très belle petite cité, très vivante et richement pourvue en hébergements et en moyens de transport et véhicules de location. On y trouve aussi de nombreuses possibilités de se faire accompagner par un guide local, beaucoup maitrisent l’anglais, certains parlent le français.

Pour le marcheur, les localités de Spišské Podhradie ou Žehra constituent le point de départ idéal pour une sortie d’une journée sur une distance aller et retour d’une trentaine de kilomètres.

Laisser un commentaire