Pourquoi il faut éviter le Coca en randonnée

Souvent, quand je termine une journée de marche un peu éprouvante, j’ai envie de boire une boisson sucrée et je me rue sur un coca bien froid. Eh bien ! c’est une très mauvaise idée. Voici pourquoi.

En règle générale, lorsque je suis sur la route, je me contente de boire de l’eau, du thé ou du café. Mais si la journée a été chaude, que j’ai effacé pas mal de kilomètres et qu’il y a eu quelques dénivelés un peu costauds à aborder, je suis tenté par un Coca Cola ou un Red Bull. J’ai le sentiment que ces boissons vont, en plus de me désaltérer, m’apporter le petit coup de booster pour m’aider à bien finir la journée.

Eh bien, ce n’est pas vrai ! J’ai faux sur toute la ligne !

Le cas Coca

Boire un Coca pour se réhydrater après l’effort est une fausse bonne idée. C’est même carrément le contraire de ce qu’il faut faire. Le Coca contient 85 g de sucre par litre, une concentration beaucoup trop élevée pour être efficace (c’est la même chose pour le Red Bull et d’autres boissons énergisantes). Lors de son entrée dans le tube digestif, la boisson est si dense qu’elle doit être diluée pour atteindre un seuil de digestibilité acceptable. L’organisme va donc puiser dans ses réserves d’eau pour y arriver. Le résultat est l’inverse de celui qui est recherché. Le marcheur qui boit du Coca pendant son effort se déshydrate plutôt que de vraiment assouvir sa soif. De plus, un litre de Coca ne contient qu’environ 40 mg de sodium. Cette quantité est largement insuffisante pour compenser la perte de sel due à la transpiration. Si on recherche un effet « boost », on est aussi à côté de la plaque. L’absence de vitamines B1 et B2 dans la boisson au label rouge rend l’assimilation du sucre très difficile. Donc, boire du Coca pendant la marche ou directement après l’effort n’est pas une bonne idée. Mais si vous aimez ça, rien ne vous empêche, une fois réhydraté avec une boisson adaptée, de vous assoir à une terrasse, pour prendre un verre… de Coca avec vos amis ou vos compagnons de route.

Le Red Bull me laisse raide

Le sportif, qu’il soit régulier ou amateur, fait parfois l’erreur de croire que les boissons énergisantes sont des boissons énergétiques. Là aussi, il faut parler de ce que l’on sait, pas de ce que l’on croit savoir.

Les boissons énergétiques sont conçues pour aider les sportifs à mieux pratiquer leur sport. Elles sont conçues pour répondre aux besoins de ceux qui pratiquent des efforts.

Il en va tout autrement des boissons énergisantes. Celles-ci sont fabriquées afin de résister au sommeil ou à la fatigue. Elles contiennent beaucoup de sucre pour un boost en énergie, de la caféine qui permet de stimuler le système nerveux. Souvent, c’est le cas du Red Bull, il y a aussi de la taurine, un acide aminé dont les vertus sont sujettes à la controverse. Du côté positif, le tonus et la récupération musculaire sont facilités. La digestion des graisses et beaucoup plus efficace. Il y a aussi des bienfaits sur la mémoire. D’un autre côté, les pessimistes mettent en avant l’accélération soudaine du rythme cardiaque, des vertiges, des tremblements et même des convulsions qui peuvent aller jusqu’à la crise d’épilepsie. Pour information, une canette de 250 ml de Red Bull contient 80 g de caféine (deux expressos) et 27 g de sucre soit 108 g de sucre par litre.

La bonne approche

La bonne approche, me dit mon médecin, c’est de me réhydrater au plus vite, mais pas trop rapidement. Selon la force de l’effort, il faut boire de l’eau légèrement salée pour compenser les pertes hydriques, mais aussi la dégradation du taux d’électrolytes (sodium). Le corps se déshydrate très vite, pour éviter tout inconvénient, il est important de boire régulièrement durant la marche. Quelques gorgées tous les quarts d’heure ou lorsque l’on a soif, par exemple.

Voilà, il s’agit de quelques informations que j’avais envie de partager. Ce n’est ni un conseil ni une directive, je voulais simplement faire la lumière sur certaines « vérités » qui étaient venues à mes oreilles lors de conversations avec d’autres marcheurs ou de choses entendues ici et là.

Laisser un commentaire