Dix choses à faire lors d’une première visite à Berlin… et des bonus

Capitale mosaïque des arts et de la mode, de la musique et de la fête, Berlin attire par la diversité de ses caractères, par son incroyable ouverture sur les cultures alternatives et par une décontraction franchement abordable.

Tout m’attire à Berlin. La gentillesse de ses habitants, la profusion de lieux d’art et de culture de musique et de libre expression. Le peuple berlinois se défait de toute attache et fait montre d’une étonnante ouverture et d’une grande tolérance. Il a toujours un œil tourné vers l’avenir. Lui qui a su tant de fois renaître, se retrouver et rebâtir sur les cendres d’une ville qui fut tour à tour capitale de la Prusse, métropole de l’Empire Allemand puis de la République de Weimar, avant d’être le siège du IIIe Reich. Divisée par la guerre froide, la ville s’est retrouvée isolée au milieu de l’ex-République Démocratique Allemande (RDA).

Photo : Brodie Vissers (Burst.Shopify.com)

Dépossédée de son titre de capitale de 1961 à 1990, Berlin accueille à nouveau les principales institutions fédérales et internationales de l’Allemagne. Depuis la réunification, de nombreux chantiers se sont ouverts : la reconstruction du Bundestag, la déconstruction du mur, la réhabilitation de la Porte de Brandebourg… Symbole de la réconciliation des peuples de l’Est et de l’Ouest, la cité s’est donné les moyens de renouer avec une convivialité qui n’avais jamais été totalement perdue. La joie de vivre est à tous les coins de rues. C’est à ce titre que les créatifs et les innovateurs y sont les bienvenus. Ils ne se sont d’ailleurs pas gênés pour investir les lieux et réhabiliter de nombreux endroits et à en squater d’autres…

Si près de quatre millions de personnes vivent à Berlin, on n’y ressent jamais l’oppression des mégalopoles surpeuplées. Huit fois plus étendue que Paris et déployée autour du Tiergarten, on serait tenté de croire que Berlin est une cité jardin tant sont nombreux les espaces verts, les bâtiments qui respirent et les lieux propices à la convivialité. Chaque quartier possède son lot de parcs, de squares et de places qui font de la ville une véritable mosaïque urbaine où se côtoient les immeubles les plus modernes, des quartiers résidentiels cossus et des lieux baignés de verdure et de quiétude.

Conseils pratiques pour la découverte de la ville

Le Palais du Reichstag

Le reichstag allemand Photo : (c) Alain Demaret

Si vous partez pour la première fois à Berlin, la visite du Reichstag s’impose. Du haut de la coupole vitrée qui surplombe le bâtiment le regard se pose sur les monuments et les lieux à visiter. Ce palais renaissance a toujours eu une place importante dans le cœur des Allemands. Incendié en 1933 par le régime Nazi, il a du attendre plus d’un demi siècle pour être réhabilité dans les années 1990, lorsque le parlement a décidé d’y siéger à nouveau. Seule les quatre façades ont été conservées, le reste a été confié à l’architecte britanique Norman Foster qui a remodelé l’ensemble pour lui donner son allure actuelle. Un étage a même été ajouté afin d’accueillir les bureaux et espaces de réunions nécessaires. Son trait de génie a été de surmonter l’immeuble de cette coupole en verre de près de 1.000 tonnes dans laquelle les visiteurs, visibles d’en bas, déambulent le long des parois transparentes, donnant véritablement vie à l’édifie. Directement sous la coupole, la salle plénière à se réunissent les parlementaires tout au long de l’année.

Conseil : Le nombre horaire de visiteurs est limité. Il importe de s’enregistrer au préalable via le site internet du Bundestag visite.bundestag.de en Allemand, en Français et en Anglais. Il est également possible de réserver sur place en se rendant dans le petit bâtiment blanc sur la droite du Reichstag quand on lui fait face, la file peut être longue, mais les inscriptions vont assez vite..

Bonus : Si vous avez la chance de pouvoir visiter la coupole en début de soirée, vous serz émerveillé par le coucher de soleil sur la ville et surpris par la majesté de la coupole qui s’illumine.

 

La Porte de Brandebourg ou Brandenburg Tor

Photo : (c) Wiki Common

Il aura fallu trois ans, de 1788 à 1791, pour construire ce monument qui incarne si bien la grandeur de Berlin. En ce qui me concerne, je trouve assez cocasse que l’actuel symbole de l’union de l’Allemagne a aussi été, pendant près de trente ans, celui de la division de Berlin. Et plus encore le fait que durant la guerre froide, cet emblématique monument a été coupé du monde, et emprisonné malgré lui dans le no man’s land imposé par la séparation entre les deux Berlins. Il est encore plus troublant de savoir que c’est précisément là, que se sont réunis les Berlinois en 1989 pour faire tomber le mur et percer une première brèche dans le rideau de fer.

Mais revenons à l’édifice. Construit à la demande du roi Frederick-Guillaume II de Prusse, la porte de Brandebourg remplace une des 14 autres portes qui donnaient accès au Berlin fortifié de la fin du XVIIIe siècle. D’une longueur de 65 mètre pour une largeur de 11 m, la porte comporte 5 passage et culmine à 26 m de haut. À l’origine seuls les empereurs germaniques pouvaient passer sous la porte. Une règle que Napoléon Bonaparte balaya e la main en passant, lui aussi sous les arches lors de sa campagne contre la Prusse. Il fit démonter le quadrige qui surmonte le linteau pour le ramener à Paris. Plus tard, lors de la chute de Bonaparte, officialisée par le traité de Paris, la Prusse récupéra son bien et pour venger le geste blasphématoire de l’empereur déche, on rebaptisa la place où se trouve la porte de Brandebourg en Pariser Platz ou place de Paris .

Bonus : Je vous conseille de passer près de la porte de Brandebourg à différents moments de la journée pour la photographier sous ses différentes humeurs. Le lever du soleil et la tombée de la nuit offrent des lumières et des ombres inoubliables pour qui a la chance de se trouver dans les parages au bon moment.

Berliner Dom

Photo : (c) Alain Demaret

En quittant la Pariser Platz et le quartier des ambassades (USA, France, Royaume-Uni, Russie, Hongrie…), on remonte Unter der Linden vers l’université Humbold, à gauche, puis l’île aux musées et enfin la cathédrale de Berlin ou Berliner Dom.

 

 

La Fernehturm ou Tour de la télévision.

Photo : (c) Alain Demaret

Si Paris à sa Tour Eiffel et Bruxelles son Atomium, Berlin possède sa Fernsehturm. Symbole incontournable de la ville, elle offre une vue absolument époustouflante sur l’ensemble de l’agglomération berlinoise (42 km par beau temps) depuis le restaurant tournant ou le poste d’observation qui sont installé à plus de 200 m de haut. Même si vous achetez vos billets en ligne, il faudra être patient pour monter boire un verre.

Alexander Platz

Photo : (c) Alain Demaret

Leave a Reply